lundi 10 octobre 2011

Patrick Tillard, DE BARTLEBY AUX ÉCRIVAINS NÉGATIFS, Montréal, Le Quartanier, 2011, 469 pages.

Ce n'est donc pas un hasard si Bartleby se révèle à lui. Son histoire concerne directement Melville, elle est l'expression d'une réticence et d'une amertume, d'un regard ironique sur soi et sur l'objet même qui précipite cette ironie: l'écriture.
(p. 31)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire