samedi 19 février 2011

Bertrand Gervais, FIGURES, LECTURES; LOGIQUES DE L'IMAGINAIRE TOME I, Montréal, Le Quartanier, 2007, 234 pages.

Ce qui pouvait n'être que fantasmes de la part de Humbert Humbert, des interprétations qui projetaient sur Dolorès des désirs et des fantasmes que Lolita adoptait comme par magie, devient dans les films des comportements attestés. Lolita n'y est plus la création d'un nympholepte, elle est devenue un personnage en bonne et due forme, dotée d'une intentionnalité, d'un comportement; Lolita est une nymphette, indépendamment de la relation initiée par Humert Humert. Simplifié à l'extrême - l'innocente adolescente intégrée à une structure de désir perverse s'est transformée en une nymphette qui, dans son innocence, réalise tous les désirs, même les plus pervers -, le personnage est devenu un type, une "figure" au sens archétypal du terme.
(p. 186) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire