mercredi 1 décembre 2010

Roseline Tremblay, L'ÉCRIVAIN IMAGINAIRE; essai sur le roman québécois 1960-1995, Montréal, Éditions Hurtubise HMH, 2004, 600 pages

La sociocritique insiste sur l'idée que les représentations romanesques sont tirées d'imaginaires qui se construisent dans l'extra-texte et qui circulent dans le discours social avant d'être "traitées" par les textes.
(p. 45-46)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire